Les limitations de Linux

Linux LimitationsPour beaucoup de personnes, Linux est un système d’exploitation difficile à adopter pour des raisons de limitations. Bien que le système soit « ouvert » et très personnalisable, il n’est pas en mesure de faire tout ce que des systèmes comme Windows ou MacOS sont déjà en mesure de proposer. La question est de savoir qu’est-ce qui est à la base de ces limitations, et pourquoi elles n’ont pas encore été surmontées plus de 20 ans après l’avènement de Linux.

Pour expliquer la problématique des limitations que rencontre Linux, il faut comprendre le concept des logiciels ouverts. Prenons l’exemple d’un établissement de jeux d’argent en ligne. Il est en mesure de proposer tous les titres populaires et des centaines de versions de chaque grande catégorie de jeu. Vous trouverez par exemple des jeux de machines à sous, des jeux de table, de roulette et des jackpots progressifs.

Cela dit, tous les jeux ne sont pas présents sur tous les casinos en ligne. Certains jeux ne seront accessibles que sur les casinos affiliés à un éditeur spécifique, et d’autres jeux seront attribués à d’autres casinos concurrents. Pour un joueur occasionnel ou un débutant qui vient à peine de recevoir son Bonus casino, cette différence n’est pas notable. Pour un joueur plus expérimenté par contre, ça peut faire toute la différence. Il ne sera pas en mesure de jouer aux jeux qui l’intéressent, et il pourra être contraint de créer un autre compte sur un autre casino.

Linux est à peu près dans une situation similaire. Etant donné que Linux promeut l’utilisation de logiciels ouverts, tous les logiciels qui y sont proposés sont « techniquement » censés pouvoir être modifiés par les utilisateurs finaux. Une situation que certaines entreprises de développement de logiciels souhaitent éviter à tout prix, pour préserver l’intégrité de leur propriété intellectuelle.

Conséquence immédiate: certains logiciels populaires refusent l’adoption sous Linux. Et c’est cette carence de logiciels familiers qui fait hésiter. Toujours est-il qu’il existe des alternatives gratuites à ces logiciels, et bien souvent, ils finissent par être adaptés par les éditeurs eux-mêmes quand la demande est forte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *